UNE CREME ENERGETISEE & BIO, NOURRITURE SUBTILE POUR VOTRE PEAU ************************** Comment la fabriquer soi-même ?

NOURRITURE SUBTILE POUR LA PEAU ! …
COMMENT LA FABRIQUER SOI-MÊME …

  1. UN PEU D’HISTOIRE

L’utilisation des cosmétiques est aussi ancienne que l’Homme. Dès la Préhistoire, les prémices des cosmétiques font leur apparition, sous forme de peintures corporelles, mélange de substances minérales et de corps gras.

Certains peuples se servaient des huiles, des parfums, des onguents ou des peintures pour le visage et le corps à des fins magiques, rituelles ou médicales.

Les cosmétiques les plus anciens ont été retrouvés dans les sépultures en Égypte remontant à la Ière dynastie (vers 3150-2850 av. JC). A cette époque, les femmes égyptiennes utilisaient des pots d’onguents parfumésà base d’huiles végétales, mélangées à des herbes aromatiques.

Les Grecs faisaient venir les onguents d’Egypte avant qu’ils n’apprennent l’art de préparer les huiles eux-mêmes. Non seulement les femmes, mais également les athlètes utilisaient les huiles aussi bien pour préparer l’effort, avant une épreuve, qu’après l’effort pour « aider à dissiper la lassitude ».*

Les onguents servaient aussi pour calmer toutes sortes de douleurs et étaient utilisés comme une sorte de médicament externe.

Hippocrate aussi considérait que les onguents avaient leur importance dans l’entretien de la santé, et il recommandait de faire des bains à base d’huile d’olive, d’amande ou de sésame puis de s’enduire le corps avec des onguents aromatiques. Tout cela faisait partie de l’hygiène du corps, au même titre que se laver les cheveux ou les dents.

Depuis le XXème siècle, et surtout avec l‘Industrialisation, les cosmétiques se sont diversifiés, et démocratisés ; ils sont utilisés par toutes les tranches d’âge. Malheureusement, de nos jours, pour en faire baisser le prix, la majorité des cosmétiques sont fabriqués avec des produits de synthèse ou des dérivés pétroliers.

  1. MATIERES PREMIERES COSMETIQUES POLLUANTES

Certains composants cosmétiques posent un réel problème car en plus d’être mauvais ou dangereux pour la santé, ils sont également polluants pour l’environnement.

Une méfiance croissante s’installe face aux substances chimiques non biodégradables. Certaines d’entre elles sont utilisées dans les crèmes industrielles pour améliorer la diffusion des ingrédients et faciliter leur absorption (PEG et PPG). Ce faisant, elles rendent la peau perméable à d’autres substances, y compris à celles potentiellement nocives.Elles peuvent également causer irritation et toxicité générale si elles sont appliquées sur une peau éraflée.

  1. MISE EN GARDE DES SERVICES DE PROTECTION DU CONSOMMATEUR

Dans l’univers des produits cosmétiques, le terme « naturel » est LE mot magique utilisé par les fabricants. A grand renfort d’extraits végétaux qui donnent leur nom aux crèmes et placés en première ligne sur les emballages, cela laisse donc penser qu’ils sont les principaux ingrédients de la composition, alors qu’en réalité, la crème n’en contient qu’une très faible quantité.

D’autres fabricants possèdent un label bio pour un des ingrédients de leur crème, le mettent en avant en faisant croire que l’ensemble du produit fini est bio…

  1. UNE CREME HYDRATANTE QU’EST-CE ?

Une crème hydratante est un produit cosmétique qui d’une part hydrate la peau et d’autre part empêche sa déshydratation en reconstituant le film hydrolipidique. Ce dernier constitue une protection naturelle de la peau, mais est cependant éliminé par le savon durant la toilette.

La composition d’une crème hydratante s’inspire de celle du film hydrolipidique qui est un mélange de sébum, de substances grasses et de sueur.

Une telle crème est une émulsion constituée d’une phase aqueuse et d’une phase grasse. La phase aqueuse apporte de l’eau à la peau tandis que la phase huileuse nourrit et forme une couche grasse qui empêche l’eau de s’évaporer. La couche cornée constitue la couche superficielle de l’épiderme et ressemble à un mur de briques dont le ciment est de nature lipidique. S’il est de mauvaise qualité, notamment trop pauvres en acides gras, la peau sera sèche, inconfortable ou atopique.

  1. LES BESOINS DE LA PEAU

La peau a besoin d’être nettoyée car elle est soumise aux agressions extérieures : pollution atmosphérique, hygrothermie, soleil, vent, pluie, froid, températures extrêmes, radicaux libres, chocs, agressions chimiques par des médicaments de surface ou par des produits cosmétiques.

La peau a besoin d’être hydratée car sa teneur en eau est cruciale pour sa santé et sa beauté. Le derme est une enveloppe aqueuse qui est le cœur même de la structure cutanée. C’est une source intarissable d’eau pour autant que la personne se nourrisse, s’hydrate correctement et ait une bonne hygiène de vie.

On ne peut cependant pas l’hydrater en y appliquant directement de l’eau ou des éléments aqueux car la peau est sélective et seuls les corps gras de très petite taille peuvent réellement pénétrer la peau en se faufilant à travers le ciment intercellulaire de l’épiderme.

Lorsque ce ciment n’est pas suffisamment riche en lipides complexes, l’eau contenue dans les cellules va s’évaporer trop rapidement, d’où l’importance d’appliquer une crème de soin qui contienne des huiles végétales de qualité.

Un produit est dit hydratant s’il permet de retenir l’eau dans les tissus cutanés.

Lorsqu’on applique un film plastique sur la peau, ce dernier l’empêche de sedéshydrater, de façon mécanique; de par cette action, il est dit « hydratant ». Par contre, ce mécanisme est occlusif et empêche également d’autres fonctions importantes de la peau, notamment l’élimination.

C’est pourtant ainsi que fonctionnent la plupart des crèmes « hydratantes » à base de paraffine qui est constituée de molécules d’hydrocarbures ou d’huiles minérales, laissant ainsi un film occlusif sur la peau.

La peau a également besoin d’être nourrie. Les produits hydratants les plus intelligents sont ceux qui améliorent la qualité du ciment intercellulaire et dont les ingrédients lipophiles, composés d’huiles végétales riches en acides gras, se mêlent au ciment hydrolipidique de la peau pour rétablir l’étanchéité du fameux mur de briques qui constitue la protection de la peau.

Ainsi, en plus d’hydrater et de nourrir la peau, les huiles végétales restaurent le bon fonctionnement du film hydrolipidique et, par là-même, empêchent la déshydratation de la peau.

Pour résumer, et au vu de leurs utilisations millénaires, les huiles végétales ont toujours constitué l’ingrédient de base d’une hygiène corporelle, de soin et de beauté. De nos jours, les études scientifiques peuvent expliquer les vertus des huiles dans leur utilisation cosmétique. D’où les nombreux avantages qui découlent à fabriquer sa crème soi-même ou à s’en procurer une qui contienne un pourcentage élevé d’huile(s) végétale(s).

  1. RECETTE POUR LA FABRICATION D’UNE CREME BIO

La composition de la crème ci-après est conçue volontairement sans huiles essentielles, vu qu’elles peuvent être irritantes et qu’un nombre croissant de personnes y présentent une sensibilité, voire une allergie, … mais libre à chacun d’en ajouter quelques gouttes à la fin du processus.

Voici les quantités de base pour la fabrication d’une crème naturelle, bio qui pourra être personnalisée et dynamisée par la suite. La quantité des ingrédients (eau/huile) peut varier selon qu’on souhaite obtenir une crème fluide ou un peu plus riche.

Recette pour une crème bio, SANS huiles essentielles

Le pot de 50 ml, bien conservé, de préférence au frais, se garde env. 15 jours

  • 29 g : Eau de bonne qualité (eau de source)                             – PHASE AQUEUSE
  • 16 g : Huile Végétale bio, 1ère pression à froid                         – PHASE HUILEUSE
  •  4 g : Cire d’abeille bio (ou Olivem 1000)                                    – PHASE HUILEUSE
  •    1 g : Extrait de pépins de pamplemousse bio (EPP)

Matériel nécessaire pour la fabrication :

  • 2 casseroles pour faire chauffer les 2 phases au bain-marie
  • 2 petits bols, en verre neutre transparent (sans inscription, lisse, sans rebord de forme)
  • 1 petit batteur à main
  • 2 plaques de cuisson

Mise en œuvre :

  • Mettre l’eau dans un bol et le déposer dans une casserole au bain-marie, à feu moyen.
  • Mettre l’huile végétale bio avec la cire d’abeille dans le second bol et le déposer dans l’autre casserole au bain-marie, à feu doux.
  • Lorsque les 2 phases sont entre 65-70°C, dès que la cire a fondu (ou par le contrôle avec un thermomètre), verser la phase huileuse dans la phase aqueuse et agiter vigoureusement pendant au moins 3 minutes, jusqu’à ce que la crème « prenne », que le mélange blanchisse et s’homogénéise.
  • Une fois le mélange refroidi, incorporer l’extrait de pépins de pamplemousse bio (EPP).

Conservation de la crème :

  • La conserver à distance des CEM (Champs Electromagnétiques).
  • La garder de préférence au frais.
  • L’utiliser dans un délai relativement bref.
  • Employer une spatule propre pour prélever la crème afin de ne pas contaminer le reste du produit en y plongeant les doigts.
  1. LES « PLUS » DE L’ENERGETISATION

Afin d’optimiser la restauration et l’équilibre de la peau, je pense qu’il est intéressant d’employer une crème énergétisée, ayant un potentiel vibratoire augmenté. Une telle crème va offrir une «plus-value de vitalité» à la peau qui va pouvoir s’alimenter de façon énergétique par rapport à ses besoins spécifiques.

Du fait de sa biodisponibilité, une telle crème pénètre un peu plus en profondeur dans la peau ; elle est d’autant mieux absorbée que la cellule ne la perçoit pas comme un ennemi dont elle doit se protéger.

Elle rééquilibre les peaux mixtes, les peaux sèches ou les peaux grasses qui retrouvent une normalité, un équilibre et un potentiel énergétique augmenté.

En outre, elle augmente la fréquence vibratoire des cellules et permet d’atténuer voire de faire disparaître certains désagréments ou pathologies.

Une crème compatible avec le vivant devrait aussi, et en toute logique, pouvoir s’ingérer par voie orale et donc être comestible.

  1. POUR ALLER PLUS LOIN DANS L’ENERGETISATION

On peut préparer soi-même un macérat huileux, élaboré en conscience, à partir d’une huile végétale, de fleurs ou de plantes bio, travaillé avec le soleil et la lune et qui servira de base à la crème énergétique. La crème ainsi obtenue aura un potentiel vibratoire notablement plus élevé que celui des crèmes sur le marché. Elle sera en mesure de prendre soin de la peau tant sur un plan physique que sur les plans énergétiques et subtils.

Energétiquement et Naturellement Vôtre

Eva Deva


 

Sources :

  1. http://cosmetique-yrs.e-monsite.com/pages/i-presentation-du-marche-de-la-cosmetique/la-cosmetique-et-son-histoire.html consulté en octobre 2014
  2. www.maquillageconseils.comconsulté en octobre 2014
  3. http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A8me_hydratante, consulté en octobre 2014
  4. ADOPTEZ LA SLOW COSMETIQUE – Julien Kaibeck, éd. QUOTIDIEN MALIN, mai 2013
  5. BON A SAVOIR-N°6 – Juin 2014
  6. Encyclopédie méthodique Médecine, contenat 1 l’hygiène, 2 la pathologie, 3 …google livre*
  7. http://www.davidsuzuki.org/fr/champs-dintervention/sante/enjeux-et-recherche/substances-toxiques/les-composes-peg/ consulté en novembre-décembre 2014